Le colistier qui a porté le recours électoral d’Aulnay en Commun a été victime d’une intimidation à son domicile familial.

Dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 avril 2020, des individus se sont introduits dans le jardin d’un de nos colistiers pour déverser du goudron sur sa pelouse et sa voiture et tenter – semble-t-il – de saboter un disque de frein. Cette action inadmissible s’en prend à celui que nous avons chargé de porter le recours électoral auprès du tribunal administratif de Montreuil, à celui qui dans le cadre du premier tour des élections municipales, dans le cadre de son rôle d’assesseur, a déjà été victime de violence et de menaces de mort entraînant 10 j d’ITT de la part de collaborateurs du maire bien identifiés.

Il faut que ces actes de violence cessent et que notre colistier fasse l’objet de protection, que les moyens vidéos de la ville soient mis à la disposition de la justice qui doit être saisie, suite au dépôt de plainte exercée avec notre soutien. Nous demandons une recherche sans faille des coupables qui ont bravé le confinement et une mise à disposition de tous les éléments pouvant faire connaître la vérité. Toutes les organisations qui ont contribué à développer l’initiative Aulnay en Commun (ABC, CADA, PCF, PS, PRG et EELV) condamnent ces méfaits lâches et indignes du débat démocratique.

Nous demandons surtout que le maire engage enfin des sanctions contre ses collaborateurs qui ont agressé et menacé de mort notre colistier. Le maire a eu les preuves entre ses mains et la loi lui permet, indépendamment de toute procédure pénale, de procéder à ces sanctions qui n’ont que trop traînées. Le sentiment d’impunité de ces délinquants ne peut perdurer.

Nous appelons l’ensemble des autres forces politiques à condamner sans détour ce nouvel acte d’intimidation politique, à appeler au calme et au respect des personnes, de leurs familles pour que cesse ce type de comportements.