Aulnay en commun

Vous trouverez sur ce site un autre regard sur notre ville. Et aussi l'actualité et les actions de vos élu.e.s Aulnay en commun.

Addresse : 41 Boulevard Charles Floquet, 93600 Aulnay-sous-Bois, France 93600 Aulnay-sous-Bois

Intervention au Conseil Municipal du 10 mars 2021 : Convention d’accompagnement pour un achat groupé d’énergie (électricité et gaz) entre la société Wikipower et la ville

Dans cet appel d’achat groupé d’électricité : on nous dit qu’elle sera 100% verte, plusieurs remarques :

  • sur la notation des offres :
  • sur le caractère renouvelable de l’électricité en lien avec les labels « garantie d’origine »

La notation laisse une forte place aux prix proposés par les fournisseur : 61%

Mais très faible sur l’origine renouvelable : 5 points seulement pour celle venant de France, cela n’encourage pas la production d’énergie renouvelable dans notre pays.

Rien sur la nature de ces renouvelable mais un recours massif au label garantie d’origine Label Garantie d’Origine. Que sont ces LGO qui masquent la véritable origine de l’électricité ?

En effet, d’où qu’elle vienne, l’électricité produite circule sur le même réseau. Rien ne distingue un électron vert d’un électron nucléaire ou fossile. Pour commercialiser une offre 100 % renouvelable, il faut donc une preuve. C’est la fonction des garanties d’origine Ce certificat électronique fait des merveilles.

Les producteurs d’électricité renouvelable peuvent émettre des garanties d’origine à hauteur de leur production, une par MWh (mégawatt-­heure). Il suffit ensuite que les fournisseurs d’électricité en achètent, en France ou en Europe, une quantité correspondant à la consommation de leurs client.e.s pour s’afficher « 100 % vert ».

Conséquence aberrante, un fournisseur d’électricité peut s’approvisionner en électricité nucléaire auprès d’EDF au prix fixe de 42 € le (mégawatt-­heure)., puis la commercialiser en offre « 100 % verte ». Sa recette ? Acheter des garanties d’origine bon marché, celles du parc hydraulique français ou norvégien, entre 50 centimes et 1 € le MWh, qui verdissent son offre. Ce n’est vraiment pas cher payé pour transformer l’atome en énergie éolienne ou solaire dans l’esprit du consommateur ! La plupart des concurrents d’EDF qui proposent des offres d’électricité 100 % renouvelable à des prix inférieurs au tarif réglementé recourent à cette drôle de pratique, qui sent le greenwashing à plein nez.

Voilà ce qu’en dit « Que Choisir » : Avec les garanties d’origine, on laisse croire aux client.e.s d’offres vertes qu’ils-elles participent au développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, petit hydraulique, biomasse). C’est une grosse ficelle, et on n’est pas loin de la tromperie du consommateur. Il y participe d’autant moins que les producteurs éoliens et photovoltaïques ont l’interdiction d’émettre des garanties d’origine. Comme ils bénéficient du soutien public à travers le tarif d’achat à un niveau préférentiel ou le complément de rémunération, ils n’ont pas le droit de faire en plus du profit en vendant leurs garanties d’origine.

Même si le développement des renouvelables s’appuie sur l’éolien, le solaire et les bioénergies, la quasi-totalité des garanties d’origine émises en France proviennent par conséquent du parc hydraulique « historique ». Autrement dit, des grands barrages et des centrales hydroélectriques mis en service il y a longtemps. Ces ouvrages-là appartiennent à plus de 80 % à EDF, les 20 % restants étant très majoritairement détenus par la Compagnie nationale du Rhône, filiale d’Engie. Quand on souscrit à une offre d’électricité verte chez un fournisseur alternatif d’électricité, on rémunère très souvent EDF ou Engie via les garanties d’origine qu’a achetées le fournisseur à hauteur du niveau de consommation. Surtout, on ne participe en rien au développement des énergies renouvelables. Il s’agit d’installations de production d’électricité renouvelable amorties depuis belle lurette et qui alimentent nos foyers depuis des décennies.

Une véritable offre verte demanderait qu’on s’approvisionne à 100 % en contrats directs auprès de petits producteurs d’énergies renouvelables, que ce soit en hydraulique, en éolien, en solaire ou en biomasse. Ce n’est pas le cas. C’est donc une offre financièrement intéressante, avec cette question tout de même sur les prix ? Fixe ou indexé ? Le mode de calcul présenté.

En résumé ce marché peut-être une bonne affaire pour les aulnaysien-ne-s mais nous devons leur dire qu’elle n’est pas verte, pas porteuse de moins de gaz à effet de serre.

La facture, plus verte que les offres

Les garanties d’origine auraient pourtant pu être un mécanisme de soutien au développement des énergies renouvelables, mais l’Europe en a décidé autrement, faute d’accord. La France leur a, par exemple, préféré la CSPE (la contribution aux charges de service public d’électricité), cette taxe qui pèse de plus en plus lourd sur nos factures d’électricité du fait qu’elle subventionne le photovoltaïque et l’éolien. Si bien qu’offre verte ou pas, tous les consommateur.trice.s participent, de gré ou de force, au développement de l’électricité renouvelable avec leur facture d’électricité, et autrement plus qu’en souscrivant à la plupart des offres vertes !

Garanties:

Des offres sans intérêt

Les offres « vertes » relèvent bien souvent du tour de passe-passe. Le nucléaire se verdit grâce aux garanties des centrales hydrauliques historiques. La preuve par les garanties d’origine des principaux fournisseurs :

  • Engie, garanties d’origine hydraulique à 96,3 % ; 
  • EDF, hydraulique, énergie marine (à un pourcentage qu’on imagine minime) ;
  • Total Spring, hydraulique ;
  • Greenyellow (Casino), hydraulique ;
  • Leclerc, non précisé (on suppose hydraulique).

Un contre-exemple, Enercoop

Enercoop se fournit, lui, exclusivement auprès de producteurs locaux d’énergies renouvelables (solaire, éolien, petit hydraulique, biomasse). Pas d’achat sur le marché de gros ni à 42 € auprès d’EDF. Tout se fait par contrats directs avec ses sociétaires. Et le soutien est réel avec un prix d’achat moyen de 60 € le MWh. « Notre modèle n’est pas le low cost, revendique Emmanuel Soulias, directeur d’Enercoop. Nous soutenons les petits producteurs et les projets citoyens de production. »

Et l’offre petits producteurs de l’UFC-Que Choisir 

L’opération Énergie moins chère 2017 de l’UFC-Que Choisir comportait une offre « soutien aux petits producteurs d’électricité renouvelable » remportée par Ekwateur. Basée sur des contrats passés avec des petits sites de production situés en France, elle inclut l’achat de leurs propres garanties d’origine.

Alain Amédro